Adultes doués et sensibles, trouver sa place au travail et s’épanouir

Adultes doués et sensibles, trouver sa place au travail et s’épanouir, le dernier livre de Arielle Adda avec Thierry Brunel

 

 

L’adulte surdoué au travail
Dans « Adultes doués et sensibles, trouver sa place au travail et s’épanouir »,
« Mettre un surdoué sous un manager moyen, bosseur et politique est catastrophique », expliquent Thierry Brunel et Arielle Adda dans l’article de l’Usine Nouvelle qui leur est dédié.
Extrait :
L’Usine Nouvelle – Pourquoi ce livre ? Etre surdoué, ou être « une personne douée » selon la nouvelle terminologie que vous utilisez, ne suffit-il pas pour réussir ?
Thierry Brunel
– Chez les personnes douées, les fragilités sont aussi abyssales que les capacités sont grandes. Il existe trois grands types de décalages entre eux et le monde professionnel. Le premier tient à un problème de compréhension. C’est comme dans le conte d’Andersen, « Le vilain petit canard » : le doué est comme un cygne qui vit parmi les canards. Il imagine que le canard pense comme lui. Le deuxième décalage tient aux difficultés relationnelles. La personne douée est plus sensible, elle surréagit. Enfin et surtout, ce que j’appelle leur ancrage identitaire est souvent problématique. Même si cela peut sembler étonner, chez certains d’entre-eux, le fait d’être différent a été problématique, ils en ont eu honte. Ce sont des personnes qui doutent beaucoup. Ils ne perçoivent pas toujours qu’ils sont forts là où ils le sont. En revanche, ils voient leurs points faibles avec une acuité particulière… car ils sont doués.
Arielle Adda – Je reçois depuis longtemps des adultes doués qui ne sont pas toujours bien dans leur travail. Ils ne se vivent pas comme les meilleurs. On ne sait pas qu’on est doué. Quand ils font un test pour mesurer leur intelligence, certains refusent de croire le résultat, ils ne veulent pas être différents.

Pour quelles raisons ?
T.B
. – J’ai observé que les gens n’ont souvent aucun problème à se dire sensibles. S’affirmer tranquillement comme personne douée est beaucoup plus compliqué. Or, le but à atteindre est l’affirmation tranquille de la différence assumée. Il ne s’agit pas de dominer les autres.
A.A. – Etre doué peut être pénible à vivre. Cela fait « je me crois supérieur aux autres ». Comme c’est hors norme, on risque vite de passer à anormal.

La suite ICI

Les enfants intellectuellement précoces sont-ils particulièrement anxieux ?

Je réagis aujourd’hui au post paru le 9 février sur le blog de Nicolas Gauvrit : Les enfants intellectuellement précoces sont-ils particulièrement anxieux ?
Nicolas Gauvrit est l’auteur de Les surdoués ordinaires ouvrage que je n’ai pas encore chroniqué ici. Il est Maître de conférences et chercheur en sciences cognitives à l’Ecole pratique des hautes études (Paris).

Dans cet article, Nicolas Gauvrit aborde la question de l’anxiété communément admise des enfants précoces et publie deux graphiques montrant que si, selon les sondés, les enfants précoces seraient nettement plus anxieux, selon les recherches scientifiques, ils le seraient en définitive moins que les autres. L’auteur s’appuie toujours sur des publications scientifiques et nous saluons ici cette démarche scientifique.

Graphique anxiété Nicolas Gauvrit
Nous voudrions nous attarder dans cet article, sur l’aspect culturel, anthropologique, de la question du haut potentiel qu’aborde N. Gauvrit dans sa publication.
Il dit : « Il est bien sûr possible que l’anxiété des surdoués soit sous la dépendance d’effets culturels : aux Etats-Unis et en Israël, où une majorité de ces travaux ont été menés, les surdoués sont sans doute mieux perçus qu’en France, où on les considère parfois avec un certain mépris comme des enfants gâtés. Néanmoins, il se trouve que parmi les 13 études, deux ont été faites en France (Guénolé et al., 2013 ; Guignard et al., 2012), et aucune ne trouve de lien significatif entre anxiété et douance. »
Etant anthropologue de formation, je pense en effet que cette question de l’origine culturelle est essentielle. Nous sommes, en France, plongés dans une culture de la norme (voire de la normalisation) qui tend à bannir tout ce qui « dépasse ». On peut lire le chapitre consacré à ce sujet par Monique de Kermadec dans « L’adulte surdoué » (p89 à 99). Elle y explique notamment que notre fonctionnement sociétal hyper hiérarchisé, l’importance dans notre société du respect de la règle, la prédominance du long terme sur le court terme et le manque de valorisation de la prise de risques dans notre pays, convient assez peu aux surdoués.
Lorsqu’on travaille sur les questions de l’interculturalité ou de la multiculturalité, on se rend compte en effet de l’emprise culturelle et sociétale sur le développement de l’individu, sur sa capacité à se positionner en tant qu’individu au sein du groupe auquel il appartient etc. De très nombreux travaux d’anthropologues, sociologues et psychologues ont été publiés sur cette question. On peut citer Erving Goffman et l’excellent « Les rites d’interaction ».
Bref cet aspect de la question est extrêmement intéressant et personnellement me passionne, je continuerai à m’y intéresser. Tout comme me passionne l’apport récent des neuro-sciences et les travaux actuels sur le cerveau neurosocial et l’intelligence relationnelle (Goleman, Bustany, Cyrulnik etc).
Le livre de Nicolas Gauvrit est intéressant et apporte un éclairage nouveau et nécessaire sur ces surdoués « ordinaires ». Et cette question de l’anxiété et de son possible sur-investissement est également fort intéressante. Mais je pense qu’il n’est aujourd’hui pas possible, au vu du petit nombre d’études scientifiques menées dans notre pays et de la difficulté de constituer un échantillonnage « objectif » de surdoués (il l’explique lui-même dans son livre), de trancher sur cette question.
Au final, il me semble que toute catégorisation est actuellement hasardeuse, et qu’il est peut-être aussi « dangereux » et nuisible de publier un graphique montrant que les surdoués sont moins anxieux que les autres que de véhiculer l’idée que tous les HP sont anxieux.
A suivre…

Votre cerveau n’a pas fini de vous étonner

Votre cerveau n’ai pas fini de vous étonner.

Entretiens avec B. Cyrulnik, P. Bustany, J-M. Oughourlian, C. André et T. Janssen sous la direction de Patrice Van Eersel.

Voyre cerveau n'a pas fini de vous étonner
De récentes découvertes montrent que les capacités du cerveau sont bien plus étonnantes qu’on ne le croyait : non seulement le cerveau est élastique (âgé ou handicapé, il peut se reconstruire, apprendre, inventer) mais aussi social (il n’existe qu’en résonance avec d’autres, ce qui ouvre d’incroyables perspectives). La combinaison de ces facultés laisse supposer que l’homme peut agir sur l’évolution de son cerveau.

Patrice Van Eersel, rédacteur en chef du magazine Clés, présente ces recherches fascinantes sous la forme d’entretiens avec cinq médecins-chercheurs réputés (ethnologue, psychiatres, neurologue) : plasticité neuronale, nouvelles techniques d’imagerie cérébrale, mise en pratique des avancées des neurocognitivistes sur les moines en méditation, apport de la médecine orientale…
Ce livre est extraordinaire, non seulement par la voix des grands dont il se fait l’écho mais aussi par son accessibilité et les formidables opportunités qu’il laisse apparaître. A lire absolument !

Sommaire :

Notre cerveau est plastique : nos neurones se remodèlent et se reconnectent jusqu’à la fin de notre vie ?
Notre cerveau est social : Pourquoi nos neurones ont besoin d’autrui pour fonctionner ?
Notre cerveau est émotionnel et autonome : Sentir, penser, agir…ne consomme que 1% de notre énergie cérébral. Que fait-on du reste ? (rien à voir avec le film Lucy de Besson, on y append que le reste « travaille » dans l’ombre pour nourrir les fameux 1%…)
Notre cerveau reste une énigme : Si nos rêves s’écrivent à al seconde où nous nous réveillons, que fait notre cerveau avant?
Mais alors qu’est-ce que la conscience ?

L’adulte surdoué – Apprendre à faire simple quand on est compliqué

L’adulte surdoué – Apprendre à faire simple quand on est compliqué
Monique de Kermadec – Albin Michel 2011.

Dans ce livre, Monique de Kermadec s’appuie sur sa pratique pour démontrer aux adultes à Haut Potentiel qu’elle nomme surdoués, qu’il n’est pas trop tard pour s’épanouir, accroître son intelligence émotionnelle, relationnelle et créatrice, point fort des adultes surdoués, point faible de toutes les pédagogies. Elle y donne la clé des étapes à franchir pour y parvenir.

Extrait de l’introduction :

 » Au cours de mes années de pratique, dans mon cabinet, mais encore en tant que thérapeute, j’ai rencontré plus d’un millier d’hommes et de femmes hors norme. Ils m’ont enseigné que si chacun d’eux était singulier dans son essence, littéralement extra-ordinaire, tous partageaient certaines forces, certaines originalités de vues et d’approches. Presque toujours, ils ont en commun d’avoir rencontré les mêmes problèmes pour nommer et analyser leurs souffrances, et résoudre harmonieusement leurs déceptions en amour, en amitié, en famille ou dans le monde du travail. Tous ont été des enfants précoces, dont les complexes, les difficultés, la vision du monde, se sont mués, à l’âge adulte, en un déficit de confiance en soi ; tous ressentent une frustration parce que leurs aspirations fondamentales restent inassouvies : tous sont censurés dans leur réalisation par leur entourage que leur « originalité » effraie et que leur différence rebute. Et, pour une très grande majorité d’entre eux, l’inquiétude qu’ils suscitent les contraint à recourir à une fasse identité, à un mimétisme social de circonstance qui les étouffe. Alors, il leur revient, du plus lointain de leur enfance, l’attente d’une permission à se vivre tels qu’ils sont que personne ne plus leur donner… »
Monique de Kermadec

Bibliographie indicative

Bibliographie indicative

Voici une sélection d’ouvrages sur le Haut Potentiel, les enfants précoces ou surdoués, les adultes à Haut Potentiel.
Des critiques de ces ouvrages suivront petit à petit dans ce blog. Mais vous pouvez toujours m’écrire si vous avez des questions !
En gras les essentiels.
Bonne lecture,

  • Arielle ADDA : Le livre de l’enfant douéSolar Editions 2008
  • Elsa AUTAIN-PLEROS : Je suis précoce. Mes profs vont bien – Editions Chronique sociale 2013
  • Fabrice BAK : La précocité dans tous ses états. A la recherche de son identitéEditions l’Harmattan 2013
  • Clotilde BEYLOUNEH : Mon enfant est précoce : comment l’accompagner – Marabout 2008
  • Sylvie CHOKRON : Peut-on mesurer l’intelligence ? – Editions du Pommier 2014
  • Jean-Pierre DELAUBIER : rapport au Ministre de l’Education Nationale – Juin 20012
  • Isabelle FILLIOZAT : Au cœur des émotions de l’enfant – Editions Marabout 2013.
  • Claire GRAND : Toi qu’on dit surdoué : La précocité intellectuelle expliquée aux enfants – Editions l’Harmattan 2011
  • Caroline GOLDMAN : Enfants surdoués : génie ou folie ? Articulations théoriques et projectives – Thèse de Doctorat et L’inexprimable agressivité de l’enfant surdoué in Pratiques psychologiques 14 – 2008
  • Wilfried LIGNIER : Comment la question des enfants « surdoués » est-elle devenue scientifiquement sérieuse en France (1971-2007) ? – Quaderni, MSH n°68 – 2009 et L’intelligence investie par les familles in Sociétés contemporaines n° 79 – 2010
  • Béatrice MILLÊTRE : Petit guide à l’usage des gens intelligents qui ne se trouvent pas très doués – Editions Payot 2007
  • Christel PETITCOLLIN : Je pense trop – Guy Trédaniel Editeur 2013
  • Olivier REVOL : Même pas grave ! L’échec scolaire ça se soigne Editions J’ai lu 2007 et Enfants intellectuellement précoces : comment les dépister ? in Archives de Pédiatrie 2012.
  • Jeanne SIAUD-FACCHIN : L’enfant surdoué, l’aider à grandir, l’aider à réussirEditions Odile Jacob Nouvelle édition 2012 et Trop intelligent pour être heureux ? L’adulte surdouéEditions Odile Jacob 2008
  • Jean-Charles TERRASSIER : Les enfants intellectuellement précoces in Archives de pédiatrie – Volume 16, Issue 12, Pages 1603–1606 déc. 2009
  • Jean-Charles TERRASSIER et Philippe GOUILLOU : Guide pratique de l’enfant surdoué – 10ème édition – ESF éditeur 2013
  • Donald W. WINNICOTT : L’enfant et sa famille – 1957 – Petite Bibliothèque Payot 2002

Continue Reading..

Anthropologia a les honneurs de Sud Ouest

L’étude anthropologique et le cabinet Anthropologia à l’honneur dans Sud Ouest.

Un potentiel difficile à valoriser.
Les enfants intellectuellement précoces sont mal connus. Enquête d’une anthropologue.
Par Jean-Louis Hugon – Sud Ouest du 22/01/2015

Capture d’écran 2015-01-27 à 11.14.50
Extrait :
Olivia Gémain s’est intéressé de prés à cette question en allant voir 38 parents d’enfants landais confontés à ce porblème. Un travail réalisé entre novembre 2013 et mai 2014 de façon entièrement bénévole, dont elle a tiré un rapport.

Sud Ouest : Quelle a été votre démarche pour lancer cette enquête ?
Quand on cherche les réponses à ces questions, on ne les trouve que dans les livres, sur internet, dans des conférences ou auprès des associations. Mais la plupart du temps les parents sont livrés à eux-mêmes pour comprendre pourquoi leur enfant est différent des autres. C’est pour cela que je souhaitais voir els acteurs locaux, afin de collecter des informations et de connaître la situation réelle dans les Landes. Je suis allée rencontrer 38 familles (et aussi des professionnels de la santé et de l’éducation, des bénévoles d’associations), pour comprendre comment elle s’en sortent. Il fallait mettre des mots sur des maux.

Comment fonctionnent ces enfants que l’on appelle parfois des petits-génies ou des surdoués?
Il faut tout de suite oublier ces mots car ils reposent des a priori. Je préfère parler d’enfant à Haut Potentiel Intellectuel et Emotionnel (on parle de douance au Canada). Ce sont des êtres ayant un mode atypique de fonctionnement intellectuel, une structure de la pensée différente. Ils peuvent réfléchir plus rapidement, ont une pensée qui fonctionne en arborescence, leur permettant une éclosion d’idées en permanence.

L’intégralité de l’article ICI ou pdf sur demande.

Enfants Précoces Assistance

Enfants Précoces Assistance : association d’accompagnement des familles d’enfants précoces, surdoués ou à Haut Potentiel.

AfficheEPA2
Enfants Précoces Assistance est une association située dans les Landes. Fondée par des professionnels (Enseignant, Psychologue, Anthropologue, médecin…) elle organise des cafés-parents, des ateliers pour les enfants et les ados, des conférences etc.
Enfants Précoces Assistance accompagne également les parents dans les difficultés éventuelles rencontrées à l’école.
Visitez la page FB de l’Association.

 

La Sophrologie, un outil précieux pour les HP

La sophrologie, un accompagnement particulièrement adapté aux enfants et adultes à HP.

Sofrocay

Qu’est-ce que la Sophrologie ?
Contrairement aux idées qui circulent, notamment du fait de nombreux sophrologues (mal, non ou auto-formés), la sophrologie n’est pas une méthode de relaxation. Elle n’est pas non plus une thérapie.
La sophrologie est un ensemble de techniques visant au renforcement des potentiels que nous portons tous en nous et aux valeurs qui sous-tendent notre existence.
La sophrologie pratiquée par un bon sophrologue permet au bout de quelques séances de travailler seul. Elle est certes un soutien immédiat mais sa vraie force est de vous permettre de mettre en pratique seul les « outils » que vous aurez acquis et de les réactiver dans les situations où vous en avez besoin.

Pourquoi la sophrologie peut-elle être une aide pour les personnes à HP?
Parce-que la sophrologie est basée sur la corporalité et que les enfants et adultes à Haut Potentiel Intellectuel et Emotionnel ont souvent un rapport compliqué, difficile ou fragmenté à leur corps. La sur-activité cérébrale qui les caractérise entraîne une dissociation de corps et du mental. Revenir à son corps, remettre en adéquation son corps et son esprit permet de soulager des maux, de mieux gérer son stress, de revenir à une meilleure concentration.

La sophrologie caycédienne.
Caycédo est le fondateur de la sophrologie. Il existe aujourd’hui diverses écoles de pensée, pour la plupart issues de l’école d’origine. Pensez à vérifier quelle est la formation du sophrologue que vous consulterez. La formation d’origine se déroule sur 3 à 4 ans. Elle est la seule à délivrer le titre de « Master of Sophrologie » mais un titre intermédiaire de « Sophrologue de formation caycédienne » acquis au bout de 2 ans est dispensé par l’Ecole et permet d’exercer. Malheureusement de nombreux sophrologues exercent à partir de stages rapides ou accélérés. Pour obtenir un effet de relaxation chez le consultant cela peut suffire pour exercer sérieusement en tant sophrologue non. Attentions aux dérives, Soyez vigilant.
ICI le site de la fondation CAYCEDO. Vous trouverez une liste de praticiens référencés dans l’annuaire même s’ils ne le sont pas tous. Vous pouvez également nous écrire pour que l’on vous transmettre les coordonnées d’un sophrologue caycédien près de chez vous. Voire également le site de Christelle Robert à Nantes, sophrologue caycédienne spécialisée dans l’accompagnement des enfants précoces, surdoués ou à Haut Potentiel.

Blandine Loustau, psychologue clinicienne

HP et souffrance de l’enfant.

Une interview de Blandine Loustau, Psychologue clinicienne du réseau Anthropologia dans Sud-Ouest.
L’article fait suite à la tentative de suicide d’un collégien.
L’intégralité de l’article  ICI
Blandine
Extrait : «  Au collège de Grenade-sur-l’Adour, en décembre 2011, un autre collégien EIP avait fait une tentative de suicide. Peut-on dire qu’ils sont une population plus à risque sur le suicide ?

Non. Faire ce lien serait une erreur très grave et lourde de conséquences. Ce que je peux affirmer, c’est que les enfants précoces dits « doués » ne sont pas seulement des enfants à fort potentiel, ce sont aussi des enfants à « haut risque ». D’où l’importance de repérer la précocité le plus tôt possible. Lorsqu’un enfant détecté précoce bénéficie d’un cadre familial rassurant et stable, il évolue de manière très favorable.

Le 27 octobre, « Sud Ouest » relatait le déménagement forcé d’une famille dont l’enfant, diagnostiqué précoce, subissait du harcèlement à l’école. Est-ce un problème fréquent chez les enfants précoces ?

C’est vrai, ils sont très souvent la cible de harcèlements. D’où l’importance d’une intégration avec les autres enfants dans un système scolaire adapté, structurant et rassurant. C’est très important qu’ils soient reconnus, acceptés et protégés. Le harcèlement est un système pervers, aux facteurs complexes mais qui intervient très souvent quand le cadre n’est pas posé.

Pourquoi n’y a-t-il pas plus de structures adaptées pour ces enfants ?

La précocité est très mal connue et reconnue par les professionnels de santé. C’est un sujet tabou et dérangeant. En France, nous sommes en retard dans ce domaine. Il manque des moyens financiers pour former des enseignants et des professionnels susceptibles de détecter la précocité. Il y a une volonté des organismes de fermer les yeux. En tant que professionnelle, je suis souvent en contact avec les écoles et parfois c’est un vrai parcours du combattant pour faire accepter la précocité car c’est un thème mal connu ou peu reconnu. Je regrette que certains professionnels contestent ou ne reconnaissent pas le haut potentiel. Cela peut aller jusqu’à contester la valeur d’un bilan psychométrique (test QI) ! Et çà c’est inquiétant. « 

Profils complexe et laminaire de l’enfant à HP

A lire cette approche extrêmement intéressante de Fanny Nusbaum sur le site Psyrene. Cette typologie de 2 profils complexe et laminaire de l’enfant à HP (haut potentiel) est assez novatrice et semble expliquer justement pourquoi de telles différences existent entre ces enfants.
Idem pour les adultes ? Pas sûr. L’adaptation et le cheminement de chacun brouille les pistes.
Ci-dessous l’into de son article :
«  La littérature a longuement décrit le profil cognitivo-comportemental type de l’enfant à Haut Potentiel (HP). Ce portrait dépeint de façon étonnamment juste la majorité des enfants à haut potentiel intellectuel. Or, bien qu’il ait été utile de proposer cette description « métonymique » pour les besoins de l’identification claire d’une problématique jusqu’ici méconsidérée, il paraît nécessaire à présent de passer à une approche plus précise et exhaustive du haut potentiel intellectuel.

La prise en compte d’un second profil cognitivo-comportemental inhérent au HP nous semble ainsi primordiale. Ce profil, que nous nommerons « Laminaire », a probablement été oublié de la littérature car il ne fait que très rarement l’objet de consultations thérapeutiques.

C’est pourquoi nous nous attellerons dans cet exposé à présenter en détail les deux profils relatifs au HP : D’abord le profil le plus répandu, que nous appellerons « Complexe », puis le profil Laminaire.

Outre un QI Total supérieur à 125/130, communément admis pour valider le HP en général, c’est l’observation d’une majorité des caractéristiques décrites qui déterminera surtout l’appartenance d’un sujet à l’un ou l’autre de ces profils (Terrassier et al., 2005). »

Footer background
39, rue Pannecau - 64100 Bayonne
contact@anthropologia.fr
07 60 13 13 05

Contactez-nous

Message envoyé Erreur! Veuillez bien remplir tous les champs.
Annuler
Anthropologia • 39, rue Pannecau • 64100 Bayonne
© photos : Fotolia, pixabay
© conception du site : Claude Daniel - www.dddesign.fr