Scolarité houleuse, scolarité heureuse

board-2470557_1920

Une fois n’est pas coutume, je voudrais aborder cette rentrée de façon un peu personnelle afin de (re)donner espoir à tous les parents de ces petits zèbres et précoces de tous poils.

Je n’en fais pas mystère lorsqu’on me pose la question, c’est mon fils qui m’a amenée à décider de me consacrer à l’accompagnement du haut potentiel intellectuel et émotionnel. Si j’aborde publiquement le sujet aujourd’hui ce n’est pas pour faire l’étalage d’une quelconque fierté maternelle (même si je suis très fière de mon fils), mais pour encourager tous ces enfants et tous ces parents découragés, perdus et inquiets.
Dans quelques jours E. entre en seconde dans un excellent lycée de la région après avoir obtenu son DNB avec mention assez-bien. Pas de quoi sauter au plafond, sauf si l’on remonte un peu en arrière. Très en arrière. Précisément jusqu’en moyenne section de maternelle où une formidable institutrice (Anouk si tu te reconnais un jour, honte à toi) me déclare que mon fils ne saura jamais ni lire ni écrire et qu’il est une graine de délinquant… Il a alors trois ans… Ceci n’est que le début d’une grande histoire d’amour avec l’école qui durera jusqu’en 4ème , où tout va changer.

Détecté « enfant précoce » dès son plus jeune âge, E. a toujours été accompagné car il a eu cette immense « chance » de cumuler à peu près toutes les difficultés (un véritable cas d’école pour moi, merci à lui). Dyslexie, dysorthographie, dyscalculie, dysgraphie, trouble visuo-spatial… Depuis son plus jeune âge il a connu psychologues, orthophonistes et psychomotricienne. Fin de la 6ème, on lui a même diagnostiqué à tort un TDAHI et prescrit de la Ritaline. Heureusement que nous l’avons fait re-tester ailleurs. Autant vous dire que durant toutes ces années ses résultats scolaires ont été inégaux et son comportement en classe souvent difficile pour les professeurs. E. a eu la chance d’être globalement accompagné par des professionnels de qualité mais cela n’a pas empêché la souffrance, l’isolement, le découragement, la spirale de l’échec, le dégoût de soi parfois et la profonde certitude d’être nul. Définitivement.

Alors comment en arrive-t-on aux résultats d’aujourd’hui vous demandez-vous ? Avec patience et confiance. En ne lâchant rien quoi qu’on vous dise sur votre enfant si vous jugez, vous, qu’il a les capacités d’y arriver. En lui permettant de croire que, s’il le veut vraiment comme il le dit, il pourra aller à l’université. En n’écoutant pas les fâcheux qui vous diront de laisser tomber. En trouvant les bons guides. En croyant en vous et en votre enfant. Il manque encore une chose à cette déjà délicate équation : en trouvant le bon établissement scolaire. Celui qui lui correspond. Et qui peut être parfois comme le dit le Dr. Olivier Revol, celui du bout de la rue. Un établissement scolaire dans lequel la Direction est sensible à la question des enfants précoces. Si possible de petite taille pour que l’enfant soit encadré. Et surtout un établissement bienveillant qui l’écoute, le reprend quand il s’égare mais sans le stigmatiser ni l’exclure et qui sait l’encourager, le féliciter et lui redonner confiance. Confiance dans les enseignants, dans la justice du système scolaire et surtout confiance en lui et envie d’y croire et d’avancer.
Bien entendu la route est encore longue pour E. jusqu’à l’université. Les embûches seront nombreuses peut-être. Il y aura des jours où le découragement reprendra le dessus. Mais rien ne pourra jamais lui enlever le souvenir de la joie de ce 12 juillet 2017 : admis avec mention assez-bien.

Alors ayez foi en votre enfant et en vous et ne baissez pas les bras. C’est difficile, injuste, inquiétant, désespérant ? Oui parfois. Souvent. Mais vous avez sûrement déjà croisé sur votre chemin de douleur, des enseignants supers ou des thérapeutes extra. Et nombreuses ont été vos joies et vos fiertés. N’oubliez pas non plus ces moments où la fulgurance de l’intelligence de votre enfant vous stupéfie. Où la sagesse de ses propos vous déconcerte. Où son extrême clairvoyance vous décontenance. Il est là l’espoir. Dans ses immenses capacités, dans sa grande résilience. Pourvu que ne disparaissent pas l’envie et la confiance.
Belle route à tous

Footer background
39, rue Pannecau - 64100 Bayonne
contact@anthropologia.fr
07 60 13 13 05

Contactez-nous

Message envoyé Erreur! Veuillez bien remplir tous les champs.
Annuler
Anthropologia • 39, rue Pannecau • 64100 Bayonne
© photos : Fotolia, pixabay
© conception du site : Claude Daniel - www.dddesign.fr